Tag Archives: Palissage

Saison 2012

Ouff !! Toute une saison 2012. J’ai complètement négligé le blog. Je m’y remet avant de commencer la saison 2013.
La saison débute en douce avec la taille qu’on a commencée la dernière semaine de mars. Les premiers plants taillés sont ceux plantés en 2009-2010 qui produiront à l’automne 2012. Toujours en suivant la méthode de conduite Smart-Dyson, on a un palissage haut et la taille vise à guider la vigne pour avoir 2 zones de fruits, une en dessus et une en dessous du cordon principal, qui se situe à environ 1,15 mètre (45 pouces) du sol. Il y a plusieurs avantages à cette conduite mais le principal pour cette tâche c’est qu’on n’a pas à se pencher, on peut faire le travail debout. Voici quelques photos de cette étape :

La taille

La taille an 2: 2 à 3 bourgeons par baguette et 5 à 6 baguettes par branche

Une belle baguette, bois très sain, bien aoûté, on aime.

Une belle baguette, bois très sain, bien aoûté, on aime.

Puis, quand ces 300 plants sont taillés, on s’attaque au 6,000 autres plantés en 2011 (environ 5 jours à 1 personne durant la première quinzaine d’avril). Comme c’est une taille de première année, c’est très simple, on rabat tous les plants à 2-3 bourgeons et 1 à 2 baguettes (on se garde une marge de sécurité en cas de gel printanier), s’il n’y a pas de gel, on pourra ajuster plus tard s’il y a un peu trop de pousses.
Voici une photo montrant un plant d’un an avant et après la taille.

Taille 1 an : 2-3 bourgeons sur 1-2 baguettes

Taille 1 an : 2-3 bourgeons sur 1-2 baguettes

Et l’équipement du parfait tailleur : le chariot (indispensable si on veut conserver notre dos !!!!), le sécateur (nous utilisons des Felco no 7 pour droitier ou 10 pour gaucher) et le pulvérisateur avec l’alcool pour désinfecter le sécateur.

La taille 1 an : l'équipement (chariot, sécateur, désinfectant)

La taille 1 an : l’équipement (chariot, sécateur, désinfectant)

Et voilà le travail après la taille et le premier désherbage sous le rang avec le WeedBadger

Taille et premier désherbage sous le rang terminés

Taille et premier déshergage sous le rang terminés

Après tout ce travail, on laisse la vigne faire le sien et voilà ce que ca donne après seulement 7-8 semaines (autour du 23 mai).

Autour du 23 mai, 7-8 semaines après la taille

Autour du 23 mai, 7-8 semaines après la taille

Un beau cordon et la promesse de vendanges généreuses

Un beau cordon et la promesse de vendanges généreuses

Et voilà, la suite de la saison 2012 bientôt.

Printemps 2012, le palissage du grand départ

Pour faire suite à la plantation, par simple curiosité voici une photo d’un des tarières utilisée pour faire les trous de plantation. À droite elle est neuve et a gauche ce qu’il en reste après 3,000 trous. Il était temps qu’on finisse. On voit bien l’effet abrasif d’un sol sabloneux.

Tarière après-avant

Tarière après-avant

Dans la suite des opérations, après la plantation vient le palissage. Cet ensemble d’opérations a pour but de mettre en place la structure qui va guider et soutenir la vigne tout au long de sa croissance et lorsqu’elle sera en production. Le palissage doit être résistant, durable (la vigne va produire pendant au moins 25 à 40 ans) et faciliter le travail du vigneron pendant les multiples opérations annuelles.

La méthode de conduite de la vigne influence en partie le choix des matériaux et le type de palissage à mettre en place. Étant donné qu’on a choisi le mode de conduite Smart-Dyson (qui est une taille en cordon haut) nous aurons donc un palissage haut. Des poteaux d’au moins 6 pieds (1.85 mètre), un fil de fer porteur à 45 pouces du sol (1.15 mètre) et deux série de fils releveurs (en fer également), chacun à environ 14 pouces (.35 mètre) en dessous et au dessus du fil porteur. Ces fils releveurs servent à guider les pampres (pousses de la vigne) en haut et en bas du fil porteur. Ils sont placés au niveau du fil porteur en début de saison (par exemple lors de la taille printanière) et lorsque les pampres ont atteint la taille suffisante, on prend le fil releveur de chaque coté du rang et on relève les pampres en fixant le fil dans des encoches sur le poteau. C’est beaucoup plus rapide et facile que d’attacher les pampres un à un.

Pour les poteaux il y en a 2 types : ceux des bouts de rangées et ceux dans la rangée. Ils peuvent être de bois ou de métal. Nous avons choisi des poteaux de bout en bois (cèdre) pour une question de coût (il aurait fallu mettre 2 poteaux de métal au bout pour la solidité) alors qu’un seul poteau de cèdre de 5 à 6 pouces (15 cm) suffit. En plus le bois c’est plus beau selon moi. Dans la rangée les poteaux de métal ont des avantages qui compensent le coût supérieur : facile à planter, encoches pour les fils releveurs, durabilité, résistance.

Une autre partie importante du palissage sont les ancrages. En effet à chaque bout de rangée il faut bien ancrer les poteaux de bout car le poids d’une rangée de vignes avec la végétation, les fruits et même l’eau de pluie sur les feuilles peut représenter près d’une tonne. Ajouter à cela le vent et vous comprendrez qu’il faut que ce soit bien ancré au sol pour résister. Nous avons choisi des ancrages avec vis, notre sol s’y prêtant bien. Les ancrages seront rattachés aux poteaux de bout par des câbles d’acier, cela fait partie de la suite des opérations de palissage en 2012 avec l’installation des fils de fer (porteur et releveurs). En résumé pour les 8,000 plants il faut 384 poteaux de cèdre et autant d’ancrages, 1152 poteaux de métal, près de 1,000 mètres de câbles d’acier et un peu plus de 40,000 mètres de fil de fer

Voici donc quelques photos de l’installation des poteaux de bout, de rangée et des ancrages.

On plante les poteaux de tête

On plante les poteaux de tête

Pour planter les 384 poteaux : 1 journée, location de la machine, 3 personnes.

Avant de les planter on marque les poteaux pour savoir jusqu’à quelle profondeur les planter. Ensuite on fait une pré-plantation à la main afin de les placer au bon endroit entre les plants et de les aligner sur la rangée.

On marque les poteaux de rangée

On marque les poteaux de rangée

Pré-plantation des poteaux de rangée

Pré-plantation des poteaux de rangée

En finalement on les plante avec le chargeur du tracteur. Une personne aligne les poteaux avec un niveau à poteau et l’autre personne dans le tracteur les enfonce avec le chargeur. Au total environ 5 jours de travail pour 2 personnes.

On les enfonce

On les enfonce

Ensuite on visse les ancrages. Cette fois c’est la tarière qui est utilisée avec un adaptateur que j’ai bricolé pour bien tenir l’ancrage et le visser. Tout a bien fonctionné, le seul pépin a été la présence de cailloux pour environ 30% des ancrages. Il faudra retirer les ancrages bloqués par les cailloux, retirer les cailloux et revisser les ancrages. Au final cela aura pris au moins 5 jours pour visser les ancrages.

On visse les ancrages

On visse les ancrages

Et le résultat final.

Résultat final

Résultat final

Résultat final 2011

Résultat final automne 2011

Salud !!!

La palissage pour la conduite en ‘smart dyson’

Gros travail, le palissage. C’est une étape très importante car c’est ce qui supporte le mode de conduite de la vigne. On doit d’abord décider du mode de conduite. Le mode de conduite est la façon dont on va tailler la vigne en production. Il y a plusieurs méthode (cordon, gobelet, haute, basse, etc). J’ai choisi le mode Smart-Dyson (du nom des 2 vignerons qui l’ont mis au point). Cela produit une vigne très étroite, une surface de feuillage minimale pour un ensoleillement maximal des raisins. Ces caractéristiques sont très intéressantes pour la production de vins bio, car elle réduit le développement des maladies et rend l’application des traitements plus facile. Ce mode de conduite donne deux zones de fruits avec un zone assez dégagée au centre (zone du fil porteur). Voici un schéma qui donne une idée de la structure de ce mode de conduite.

Smart-Dyson

Smart-Dyson

Ayant déjà des piquets de cèdres sous la main, nous utiliserons cela pour le palissage. Sinon, l’utilisation de piquets de métal est maintenant la norme. On commence par enlever l’écorce des piquets pour 2 raisons : permet un meilleur séchage donc réduit le développement de moisissures qui pourraient se communiquer aux raisins et réduit les risque que des insectes se logent sous l’écorce pour ensuite s’en prendre aux raisins, feuilles, etc. Donc première étape on enlève l’écorce.

Enlever l'écorce

Enlever l

Par la suite, il faut faire des trous pour planter les piquets. Ceux-ci ayant de 5 à 8 pouces de diamètre et 10 ou 11 pieds de long. Les trous doivent être de 3 pieds de profondeur pour les piquets de bout et 2 pieds pour les piquets dans le rang. La tarière en location facilite beaucoup le travail, mais ca demeure quand même un travail assez physique. Heureusement avec l’aide de mon fils (il faut bien que tout cet entrainement pour le football serve à quelque chose) nous y arrivons en un après-midi. Il y a 16 trous de 3 pieds et 48 de 2 pieds à faire.

Faire les trous

Faire les trous

Faire les trous

Faire les trous

Voila ce que ca donne après la mise en place des piquets.

Piquets en place

Piquets en place

Ensuite on met en place les étais de bout. La tension sur le fil porteur peut représenter près d’une tonne (1000 kg) lorsque les plants sont plein de fruits, feuillage, etc. Et il faut également penser à la poussé du vent. Il faut donc que les piquets de bout et ceux dans la rangée soient très solidement fixés pour éviter l’effondrement du palissage. Pour les piquets de bout, j’ai opté pour cette méthode avec étais et contre piquet en angle. Notez les encoches pour assurer une bonne prise de l’étai.

Étais en place

Étais en place

Ensuite vient la pose du fil porteur. C’est un fil d’acier galvanisé de calibre 12. Il est fixé à un bout de la rangée et à l’autre bout j’ai utilisé une chaine pour ajuster la tension. Simple, peu coûteux et ca fonctionne bien. L’an prochain on pourra installer les fils de relevage. On en reparlera à ce moment.

Fil porteur en place

Fil porteur en place

Et finalement on peut attacher les vignes pour commencer à diriger la croissance avant que l’aoûtement (lignification des tiges) soit trop avancé. Cela facilite le pliage et la mise en place. Sinon on risque de briser la tige si elle est trop aoûtée.

Attache les tiges

Attache les tiges

Voilà, pour le palissage des 300 plants, cela nous a pris 5 après-midi. Il est certain que pour l’implantation des parcelles à venir (quelques milliers de plants), nous utiliserons des moyens plus mécanisés. Mais pour nos parcelles d’essais, je suis content du résultat et de l’expérience acquise.

Salud !!